7 juillet - RAS
Article mis en ligne le 7 juillet 2014

par Les jeunes en Roumanie
logo imprimer

Buna ziwa ! Bon, après toutes les galères passées, nous sommes enfin arrivés. Ce matin, réveil à 8h, tout le monde prend sa douche, descend et mange comme pas possible. Parcequ’ici on est bien nourri. Vraiment bien nourri, service à table, plats succulents, comme au restau’ mais en mieux. En mieux parcequ’on a des chaises de princesse. Mais des vraies chaises de princesse, avec un drap soyeux, doré, argenté et un petit coussin pour reposer nos fesses de princesse.
(Ceci n’est pas notre hôtel en réalité mais on veut vous faire rêver)
En clair l’hôtel parfait. Wifi gratuite, balcon reliant toutes les chambres, pour rester connecté avec le monde. Pour faire bref et pas vous en mettre des tartines sur ici, c’est trop le paradis, en plus : soleil et chaleur (31°C !!!).

9h50. Tout le monde trace sa route, on va être en retard à l’orphelinat. On y est, Aurora, la directrice de l’établissement, nous accueille dans un français parfait, même si elle s’en plaint, en nous repentant de son doux accent "Tu me dis stop, tu me dis si c’est pas bon !". Après l’explication et la présentation de notre programme, voici le moment tant attendu de tous, la rencontre avec les enfants. Du petit bout d’chou de trois ans, à un grand gaillard sympathique de 17 ans, ils sont 34. Du timide au sur-excité, en passant par le gamin calme toujours un ballon de plage dans les bras, ils sont tous là et la rencontre se passe pour le mieux. Des moments forts en émotion, des jeux organisés en quasi totale impro, la matinée se passe bien. Dans un "franglais" approximatif, saupoudré d’une touche de roumain balbutiant, la communication s’installe. Notamment grâce à Nicoleta, petite princesse roumaine de 10 ans, maîtrisant mieux que certains l’anglais et le français.
La matinée passe vite, trop vite. Il est déjà 13h45, c’est l’heure de retourner dans notre château de princesse, manger un festin de plus. Et là, c’est le vide intersidéral. Dans la flemme la plus totale, chacun papillone et vaque à ne rien faire. Puis vient le temps du travail, au programme, préparation du planning de la semaine. Une fois celui-ci fait, l’aventure dans la ville, à la recherche du change d’argent et du lidl. Cette ballade dans la street fait du bien, nottament à notre soif de découverte digne d’Indiana Jones.

Retour à l’hôtel, pour un moment reposant et bien calme. La journée se termine sur une note de festin (une fois de plus pour changer). Et sur deux nouvelles plus que jouissives : PAULINE A EU SON BAC ET AYMERIC PEUT NOUS REJOINDRE MERCREDI.


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.15